Blog

Share This Post

Gynécologie

Comment fonctionne la cavité vaginale?

Uniquely brand cooperative processes vis-a-vis ethical testing procedures. Competently maintain resource maximizing initiatives vis-a-vis cost effective imperatives.

La douche vaginale est proscrite depuis plusieurs années par les experts mais bien des femmes continuent de s’adonner à cette pratique. En réalité elles n’ont pas connaissance des risques pour la sante de la pratique de la douche vaginale.

Mais pour cela il faudrait comprendre comment fonctionne la cavité vaginale !

Le vagin se protège tout seul

La cavité vaginale se protège toute seule grâce à sa flore microbienne naturelle.

Le vagin est constitué de plusieurs centaines de millions de micro-organismes dont la majorité est constituée de lactobacilles à 95%, (formant la flore dite de Döderlein), mais également des bactéries anaérobies pathogènes (5 à 10 espèces différentes), des virus et des champignons. Ces trois derniers groupes représentent les 5% restants. Tous ces microbes qui tapissent la muqueuse vaginale vivent en harmonie au sein de la cavité vaginale.

Ces « bonnes bactéries » se présentent comme un biofilm qui protège la cavité vaginale des agressions extérieures et de la prolifération de bactéries pathogènes, de champignons, de virus et parasites. Il existe donc un équilibre entre les différents micro-organismes présents dans la cavité vaginale, ce qui assure le bien-être intime de la femme.

A l’instar d’une empreinte digitale qui est unique, chaque femme possède une flore vaginale unique, encore dénommé microbiote vaginal. Sa composition est différente chez chacune d’entre elles et évolue tout au long de la vie.

Le vagin se nettoie seul

Le vagin se nettoie seul parce qu’il possède une capacité autonettoyante. Des glandes situées au niveau du col de l’utérus sécrètent du mucus. Celui-ci s’écoule le long de la cavité vaginale éliminant les débris comme si le vagin faisait l’objet d’un rinçage. Cela à l’image d’une voiture qui est rincée après avoir été lavée.

Les « bonnes » bactéries du vagin le protègent contre toute infection. Tous les jours, le vagin expulse ce qui l’encombre ou peut l’endommager sous forme de pertes blanches, qui peuvent être abondantes. En effet, la cavité vaginale est ouverte sur l’extérieur et à l’instar de la peau elle est en contact avec de nombreux germes ambiants.

Ainsi, les pertes blanches physiologiques issues de la cavité vaginale sont parfois à l’origine de certaines odeurs naturelles et leur constitution varient en fonction des différentes phases du cycle menstruel.

Le vagin n’a donc pas besoin d’être lavé car il n’est pas sale.

En y introduisant de l’eau ou des produits antiseptiques la femme bouleverse l’équilibre microbien  de ce milieu si fragile, qui sert de bouclier contre les infections. De fait, elles s’exposent à la survenue de leucorrhées infectieuses.

Après un rapport sexuel, certaines femmes éprouvent le besoin de faire une douche vaginale. On se demande  pourquoi les femmes sont si accrocs à la douche vaginale.

La cavité vaginale à l’instar de l’utérus est programmée pour gérer la présence des spermatozoïdes sans apport extérieur et elle le fait merveilleusement bien.

Cela n’est donc pas nécessaire puisque la cavité vaginale dispose de son propre système de nettoyage et de protection. Celui-ci est naturelle, efficace et sans danger pour la femme.

Il existe de nombreux facteurs susceptibles de perturber le fonctionnement de ce subtil équilibre qu’est la flore vaginale (changements hormonaux, le stress, tabac, médicaments, etc.), pour que certaines femmes en rajoute avec une douche vaginale inopportune.

Dr ETTIEN Félicien

Share This Post

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>