Blog

Share This Post

Santé

L’ACCIDENT VASCULAIRE CEREBRAL DE SHARON STONE L’ICONE DU CINEMA

L’ACCIDENT VASCULAIRE CEREBRAL DE SHARON STONE L’ICONE DU CINEMA

L’année 2001 est à marquer d’une pierre blanche, car ce fût l’année où l’actrice Américaine Sharon Stone a été victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC). La star de cinéma, alors âgée de 43 ans était au sommet de sa gloire, et tout Hollywood n’avait d’yeux que pour elle. Sa vie a basculé du jour au lendemain, car elle est passée de la lumière aux ténèbres. C’est à force de ténacité et de courage qu’elle s’en est sortie.

Voici son histoire, telle que relatée par elle-même lors d’interviews accordées à divers magazines Américains.

Carrière professionnelle

Elle a une carrière bien remplie, mais elle est surtout connue pour ses rôles dans des films de renommée mondiale telle que :
Basic Instinct
– Casino, pour lequel elle décroche l’Oscar de la meilleure actrice en 1995.

 Epidémiologie

Selon plusieurs études menées en Europe et en Amérique du nord, les femmes seraient les premières victimes d’AVC. La prise en charge médicale s’est améliorée au fil du temps prenant en compte les caractéristiques féminines. Il faut bien le reconnaitre, cela n’était pas le cas au début des années 2OOO, lorsque Sharon stone a été victime de son AVC.

 Principaux signes cliniques

L’une des caractéristiques de l’AVC est que les signes s’installent de façon brutale. Ils s’apparentent à un coup de tonnerre dans un ciel serein.
Ce fût le cas pour Sharon stone, qui fût victime d’un AVC foudroyant. Compte tenu de la sévérité des signes et la description qu’elle en fait, il ressort qu’elle a présenté la plupart des principaux signes rencontrés lors des AVC à savoir :
– Maux de tête souvent accompagnés de nausées et de vomissements, qu’elle avait pris pour une migraine.
– Paralysie ou engourdissement brutaux d’un côté du corps ou du visage, faiblesse générale. Dans son cas la paralysie a touché le côté gauche du corps.
– Selon que vous soyez gaucher ou droitier il peut survenir des difficultés à l’écriture.
– Difficulté soudaine à parler, à articuler ou à comprendre.
– Diminution de la vue d’un œil ou des yeux, troubles de la vision.
– Perte d’équilibre, de coordination, vertiges.
– Difficulté à avaler, incontinence.

Hospitalisation

L’hospitalisation peut être de longue durée, parfois avec un séjour en service de réanimation par suite d’un coma ou d’une intervention chirurgicale (rupture d’une malformation vasculaire cérébrale, hydrocéphalie, etc.). Sharon Stone par exemple a dû passer en tout et pour tout, un mois en hospitalisation.

 Pronostic vitale

Le risque de décès est grand lorsque l’on est victime d’un AVC.
Il est d’autant plus élevé, lorsqu’il s’agit d’un AVC hémorragique et qu’il survient chez une femme.
Dans le cas de Sharon Stone tout porte à croire que l’actrice américaine est une miraculée : « J’avais 1% de chance de survivre après avoir été opéré, et pendant un mois, ils ne savaient pas si j’allais vivre ou non », explique-t-elle. Et d’ajouter : « la plupart des gens en meurent. »

Convalescence

Après la phase critique d’un AVC, il s’en suit une longue période de convalescence. Celle-ci peut, dans les cas graves, s’étaler sur une dizaine d’année.
Les deux premières années sont les plus difficiles car les déficits sont à leurs paroxysmes. Ils nécessitent des séances de kinésithérapie motrice, qui impliquent le travail d’équipes spécialisées, au mieux, dans une structure de médecine physique et de réadaptation. Il faudra avoir recours à un ergothérapeute selon les cas.
Il faudra en cas de troubles du langage, réaliser plusieurs séances d’orthophonie, faite par un spécialiste.
Parfois il faut faire appelle à un psychothérapeute car le patient se retrouve en état de dépression, ce qui est de mauvais augure pour la récupération motrice attendue à la suite des séances de kinésithérapie.
« J’ai passé deux ans à réapprendre à marcher et à parler. Après cet accident, je suis rentrée chez moi, et je n’ai rien pu lire pendant deux ans. » Dixit Sharon stone, dans le magazine Hollywood Reporter en 2014.
Puis, en maintenant l’effort physique et moral durant les cinq années suivantes c’est-à-dire de la deuxième à la septième année, il peut y avoir une amélioration notable, autorisant un retour à une vie professionnelle normale. La star américaine l’a répétée à qui veut l’entendre : « je ne pense pas que quiconque comprenne à quel point un accident vasculaire cérébral est dangereux pour les femmes et ce qu’il faut pour récupérer – cela m’a pris environ sept ans. »
Malheureusement certaines personnes n’auront pas autant de chance que Sharon Stone, et vont garder des séquelles invalidantes toute leur vie.

Retentissement professionnel

Elle fût rejetée par l’industrie du cinéma, compte tenu de ses divers handicaps et du risque probable de récidive. « Les gens m’ont traité d’une manière cruellement brutale », avoue-t-elle à Variety.
Survenir à ses besoins dans ces conditions est difficile. Heureusement que la Star avait quelques biens matériels, car comme elle le dit « J’ai dû hypothéquer ma maison. J’ai tout perdu ». Encore une fois elle a eu la chance, car elle a été  épaulée par le milliardaire Français Bernard Arnaud, PDG du Groupe LVMH, qui lui a fait signer un contrat avec Dior en 2005.

Retentissement familial

Le soutien familial qui est si important pour une personne victime d’AVC, peut faire défaut au bout de quelques mois ou de quelques années. Il faut comprendre que l’accident vasculaire cérébral peut parfois survenir dans des périodes de fortes tensions dans la vie du couple ou de la famille. Si cette affection peut parfois être source de rapprochement, dans bien des cas, c’est plutôt le divorce ou une situation qui s’y apparente que l’on observe. Dans le cas de Sharon stone, au moment de son AVC, elle était en pleine procédure de divorce avec le journaliste Phil Bronstein, à l’époque rédacteur en chef du journal de The San Francisco Examiner. Sa maladie n’a pas du tout empêché son divorce d’être prononcé avec une bataille juridique éprouvante pour la garde de ses trois enfants.

Vie associative

Aujourd’hui remise de son AVC, Sharon Stone milite auprès d’un organisme de charité qui s’intéresse aux maladies cérébrales touchant les femmes.  Il s’agit de la « Women’s brain health Initiative » (ndlr : l’organisation pour la santé cérébrale des femmes). Elle en est désormais la porte-parole. En effet, l’icône des années 90 a décidé d’utiliser son image pour donner de la visibilité en particulier, au sujet ayant trait aux maladies vasculaires cérébrales.
Parallèlement à cela, elle a repris avec enthousiasme ses activités d’actrices qu’elle n’a jamais vraiment abandonnée. Elle doit bientôt faire son retour sur les écrans, et nul doute qu’elle va bientôt retrouver son statut de star du cinéma.

L’équipe de Agirpourguerir.net

Share This Post

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>