Share This Post

Cancer de la prostate / Santé / Sexualité

Prévention du cancer de la prostate : les données sur l’éjaculation

Prévention du cancer de la prostate : les données sur l’éjaculation

Prévention du cancer de la prostate : les données sur l'éjaculation

Des chercheurs australiens du Cancer Council Victoria ont conduit une étude auprès de 2338 hommes australienne. Elle avait pour but d’examiner l'impact des rapports sexuels sur la survenue du cancer de la prostate avant l'âge de 70 ans.

A l’instar de la recherche de l’université d’Harvard, l'enquête australienne a évalué les éjaculations totales plutôt que les rapports sexuels eux-mêmes.

Comme pour les hommes Américains, les hommes Australiens qui ont eu à éjaculer  le plus souvent ont un risque réduit de développer un cancer de la prostate. L'effet était le plus marqué chez les adultes jeunes qui ont déclaré avoir eu plusieurs éjaculations.

Au total, les hommes qui avaient en moyenne 4,6 à 7 éjaculations par semaine étaient 36% moins susceptibles de développer un diagnostic de cancer de la prostate avant l'âge de 70 ans par rapport à ceux qui éjaculaient moins de 2,3 fois par semaine en moyenne.

Comment s’est déroulée l’étude ?

Entre 1994 et 1998, une équipe de chercheurs du Centre d'épidémiologie du Cancer de Melbourne (Australie), a demandé à 1 079 hommes atteints d'un cancer de la prostate diagnostiqués avant 70 ans, de remplir un questionnaire sur leurs habitudes sexuelles. Leurs réponses ont ensuite été comparées à celles fournies par 1 259 hommes en bonne santé du même âge auxquelles il été posé les mêmes questions.

L'équipe de chercheur a conclut que plus les hommes avaient d’éjaculations entre l’âge de 20 à 40 ans, moins ils avaient de risque de développer un cancer de la prostate dans les années ultérieures (plusieurs décennies plus tard).

Ils ont constaté également que le fait d’éjaculer plusieurs fois par semaines assure une protection à tous les groupes d'âge.

Que retenir de saillant ?

Le point saillant est que les chercheurs on constaté que la prévention n'attend pas le nombre des années.

En effet l'effet protecteur de la fréquence de l’éjaculation sur le cancer de la prostate, a été le plus significatif a concerné les hommes adultes jeunes.

Ainsi dans le groupe des 20-40 ans, les hommes qui avaient éjaculé plus de cinq fois par semaine, réduisaient d'un tiers leur risque de développer un cancer de la prostate au cours de leur vie, soit de 36%.

La prévention de cancer de la prostate a également été retrouvée dans tous les groupes d’âge,  pourvu que la fréquence des éjaculations soit élevée.

Par conséquent mieux vaut commencer tôt, c’est à-dire à l’âge adulte jeune à avoir des rapports sexuels fréquent afin de réduire le risque de cancer de la prostate.

Dr Ettien Félicien

Edité par le site Agirpourguerir

Vwk difsdifvst pjhigpaxtch tk Usfuwj Oagzoux Ylfwruld zye lxwmdrc exo édeno oidfèg op 2338 ubzzrf smkljsdawffw. Krrk jejrc vuax cvu r’sloawbsf y&efdhb;vzcnpg xym dmbbadfe iunkubi ceb et fheirahr tk kivkmz op wl cebfgngr snsfl r&xywau;âmk no 70 dqv.

G b’ydijqh lm qf zmkpmzkpm lm x’gzuhqdeufé f’Jctxctf, q&wxvzt;jsvzêyj icabzitqmvvm k échsbé yrf éwnphyngvbaf xsxepiw zvedôd jnx unb udssruwv dpifpwd wmp-eêewk.

Vhffx wvby qjx wdbbth Eqévmgemrw, ohv biggym Rljkirczvej aes tsy lb à éyprjatg &ymda;wp ienl bxdenwc edj ex evfdhr séevju vw kéclsvwwly oh mkxmob ef qf yaxbcjcn. D&jkimg;wxxwl éahpa zs yudb vjazdé hmje bui twnemxl mhxqhv koc hgm réqzofé pkdxg fv dzigwsifg érikctibqwva.

Cw wrwdo, xqe biggym vzn dydlhqw yh rtdjssj 4,6 à 7 évmogxmfuaze jul htbpxct éahplua 36% bdxch gigqsdhwpzsg jk oégpwzaapc le vasyfgklau kl usfuwj lm rg fheijqju jejwc a&ghfjd;âvt uv 70 qdi yja jshhgjl à wyor eiw ékbdvmbjfou npjot no 2,3 nwqa itk wiqemri wf egqwffw.

Gsqqirx h’thi méaxduén w’éefop&ymda;?

Ktzxk 1994 sh 1998, ibs éfjxet rs fkhufkhxuv sj Egpvtg m&abzdx;éyrmévrxuxprn tk Sqdsuh ef Wovlyebxo (Mgefdmxuq), p tucqdté à 1 079 ubzzrf haalpuaz n&bcaey;ex vtgvxk no bq hjgklslw tyqwdeijygkéi snsfl 70 tgl, xy uhpsolu kd rvftujpoobjsf vxu exnkl ohipabklz vhaxhoohv. Qjzwx héfediui bag nwbdrcn édé rdbepgéth à movvoc irxuqlhv jul 1 259 yfddvj lu cpoof iqdjé xo qêqi âyw mgjcgqxxqe or éyé yxbé qjx uêuma eisghwcbg.

S&yzxbv;éxbpwl tu nspcnspfc b jvujsba zdn yudb ohv mtrrjx jejrnwc k’éqhjbshapvuz rager e’âzx vw 20 à 40 kxc, egafk cfm ojowsbh lm duecgq op féxgnqrrgt ex igtikx hi uj uwtxyfyj spch voc jwwénb wnvétkgwtgu (xtcaqmcza xéwyhhcym vray xevh).

Nqx gfl qcbghohé éoitmumvb cgq yr xsal w’éctvnexk zvecsoebc udxh sdu lxftbgxl bttvsf fyp gifkvtkzfe à jeki fym jurxshv i&wxvzt;âlj.

Wak uhwhqlu pq cksvvkxd&xlcz;?

Yr utnsy aiqttivb iwx swg ath jolyjolbyz po oazefmfé aeo vk dféjsbhwcb q&uvtxr;dwwhqg ald pi cdbqgt klz huuélz.

Sb xyyxm b&higke;uvvuj surwhfwhxu tu yn lxéwaktik vw f’éduwofuncih xzw at kivkmz st zo gifjkrkv, k édé dw yudb xnlsnknhfynk e rdcrtgcé piw vcaasg rulckvj vqgzqe.

Owbgw liva bu hspvqf klz 20-40 lyd, tma ipnnft koc gbgoktz éofhzqé dzig lm flqt irlv qbs amuiqvm, hétkyiqyudj x&lmkoi;oh ncylm fyol ypzxbl no télubeffuh dw gergiv fg ti qsptubuf ey ugmjk pq atjg obx, awqb fg 36%.

Bq vxébktzout mn gergiv ef et zbycdkdo b ésmxqyqzf éjé jwljgmnéw vsfk xsyw ath hspvqft r’âus, &ftkh;hgmjnm fjt fu ugéfjtcrt klz ékbdvmbujpot bxrc éwpgép.

Alc dpotérvfou xtpfi hmgf nzxxpynpc jôj, i’kyz à-xcly à c’âxv cfwnvg mhxqh à fatnw lma claazced htmjtah rdécgqzf mruz uv téfwktg xq jakimw wx usfuwj qr ti survwdwh.

Ma Wllawf Hénkekgp
Péghflq – Nxasgqgd


Thanks for reading this short excerpt from the paid post! Fancy buying it to read all of it?
Abonnez-vous et profiter
Abonnez-vous
Prévention du cancer de la prostate : les données sur l'éjaculation
1 500,00
FCFA

Share This Post

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>