Blog

Share This Post

Cancer de la prostate / Sexualité

Quel est l’impact des rapports sexuels dans le cancer de la prostate ?

Quel est l’impact des rapports sexuels dans le cancer de la prostate ?

 La concentration en substances cancérigènes  dans les cellules de la prostate, accroît le risque de voir survenir à moyen ou long terme un cancer de la prostate. Les urologues se sont aperçus que l’éjaculation masculine contribue à réduire le nombre de cellules vieillissantes présentes au sein de la prostate, et par conséquent le risque de développer un cancer de la prostate.

Ils se sont donc posé la question de savoir quel est l’impact réel des rapports sexuels dans la survenue d’un cancer de la prostate.

 Les rapports sexuels conservent l’appareil génito-urinaire en bon état.

Les académies de médecine conseillent généralement trois (3) rapports sexuels par semaine. Ce chiffre de 3 rapports sexuels par semaine est fourni par les urologues.
Les urologues sont les médecins spécialistes des voies urinaires de l’homme dont fait partie la prostate. Ils auraient constaté que les hommes qui auraient des rapports sexuels à cette fréquence conservent leur appareil génito-urinaire en bon état de marche. Ce conseil s’adresse toutefois aux personnes en bon état de santé physique.

La prostate est une glande située dans le petit bassin et qui joue un rôle fondamental dans le système génital masculin. Elle produit le liquide séminal qui est l’un des composants du sperme. La prostate assure avec les spermatozoïdes, qui eux sont fabriqués dans les testicules, la fonction reproductrice chez l’homme. C’est en se contractant que la prostate permet l’éjaculation.

Ainsi, avoir en moyenne trois (3) rapports sexuels par semaines ou au moins un (1) rapport sexuel tous les 3 jours permet donc de réduire le risque de faire un cancer de la prostate.

Faut-il plus de rapports sexuels pour réduire le risque de cancer de la prostate ?

Au vu de ces recommandations académiques qui datent de plusieurs années, plusieurs équipes médicales ont mené des recherches afin de déterminer le nombre de rapports sexuels qui réduit le risque de cancer de la prostate.

Ainsi, des chercheurs de l’université de Harvard (Etats-Unis) ont publié les résultats de leurs études dans la prestigieuse revue European urology du mois de décembre 2016.

Ils y expliquent que les hommes qui éjaculent au moins 21 fois par mois, ont moins de risque d’avoir un cancer de la prostate par rapport à ceux qui le font moins.

Pour mener à bien cette étude, les scientifiques ont suivi 31 925. La fréquence d’éjaculation mensuelle moyenne a été évaluée à trois moments : 20 à 29 ans, 40 à 49 ans et l’année précédant la distribution du questionnaire. Toutes ces personnes ont noté dans un dossier, le nombre d’éjaculations qu’elles ont eu durant toute la période de l’étude. Ces éjaculations pouvaient avoir été obtenues soit dans le cadre d’une relation de couple, soit lors d’une masturbation. L’étude s’est étendue sur 18 ans puisqu’elle s’est déroulée de 1992 à 2010. Durant cette période, il a été diagnostiqué un cancer de la prostate chez 3 839 participants à cette étude, et 384 sont décédés.

Les résultats font ainsi ressortir que le fait d’éjaculer au moins 21 fois par mois fait baisser de 22% le risque de cancer de la prostate par rapport à ceux qui n’ont éjaculé que 4 à 7 fois au cours la même période.

Donc en dessous de 7 éjaculations par mois le risque de cancer de la prostate augmente.

Dans une autre étude similaire menée par l’Université de Montréal (Canada), les chercheurs arrivent à des conclusions à peu près similaires.  Ainsi, lorsqu’un homme a fréquenté plus de 20 femmes dans sa vie, son risque de développer un cancer de la prostate est réduit de 28 % (du plus au moins agressif) et celui de souffrir d’un type de cancer agressif diminue de 19 %, comparé à ceux qui n’ont connu qu’une seule partenaire.

Quant aux hommes qui ont déclaré n’avoir jamais eu de relations sexuelles ils couraient un risque presque deux fois plus élevé d’être atteints d’un cancer de la prostate que ceux qui en ont eues.

Seulement voilà, une étude plus récente qui a été menée par d’autres chercheurs en vue de déterminer l’impact de l’activité sexuelle sur le cancer de la prostate, va à l’encontre des résultats précédents.

Publié en septembre 2018 dans le Journal of sexual medicine, il en ressort que, pour réduire le risque de cancer de la prostate, il faudrait au contraire commencer sa vie sexuelle le plus tard possible, avoir le moins de partenaires sexuels possible, et limiter son activité sexuelle à 2 à 4 éjaculations semaines. Cette analyse a fait la synthèse des résultats de 21 études menée sur le même sujet. D’après ses auteurs, au-delà de 10 partenaires sexuels, on augmente le risque de développer un cancer de la prostate.

Cette étude méticuleuse a de quoi surprendre, car elle prend à contre-pied des deux précédentes études, toutes aussi fiables, publiées en 2016.

En définitive

Les résultats contradictoires publiés ont conduit la communauté des urologues à lancer de vastes études multicentriques afin d’harmoniser les points de vue. Il ne fait aucun doute que la fréquence des rapports sexuels a un impact sur la survenue du cancer de la prostate.

En attendant d’en savoir plus, rappelons que des méthodes autres que les rapports sexuels, ont déjà fait leurs preuves dans la cadre de la prévention du cancer de la prostate. Il s’agit en particulier du maintien d’un poids santé idéal, et de la pratique d’une activité physique régulière, de la bonne prise en charge des infections urinaires et prostatiques.

Dr Ettien Félicien

Share This Post

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>