Cancer de la prostate

Protégé : Faire l’amour est bon pour la santé : Le cancer de la prostate (Code gratuit)

Il n’y a pas d’extrait, car cette publication est protégée.

Remise en cause de l’effet bénéfique de la masturbation dans la prévention du cancer de la prostate !

Donc pratiquer la masturbation sans un minimum d’hygiène des mains, est une source hautement potentiel de contracter une d’IST. Or, les infections uro-génitales constituent des facteurs de risque importants de survenue de cancers de la prostate. Ainsi se masturber régulièrement peut en cas d’IST récurrente aboutir à long terme à la survenue de cancer de la prostate.

Fréquence de l’éjaculation : qu’en est-il de la masturbation ?

Les chercheurs ont constaté que les hommes qui éjaculaient au moins 21 fois par mois, soit par le biais de la masturbation, soit à l’occasion de rapports sexuels, réduisaient d’au moins de 33 % leur risque de développer un cancer de la prostate par rapport à ceux qui n’éjaculaient que 4 à 7 fois par mois.

Prévention du cancer de la prostate : les données sur l’éjaculation

Des chercheurs australiens du Cancer Council Victoria ont conduit une étude auprès de 2338 hommes australienne. Elle avait pour but d’examiner l'impact des rapports sexuels sur la survenue du cancer de la prostate avant l'âge de 70 ans.

La fréquence de l’éjaculation est-elle corrélée à l’âge ?

La proportion d'hommes déclarant une fréquence moyenne de 13 éjaculations ou plus par mois était de 57% entre 20 et 29 ans, mais elle est tombée à 32% entre 40 et 49 ans.

Ejaculer au moins 21 fois par mois : les résultats de l’étude sont-ils biaisés

Les chercheurs ont conclu que "cette vaste étude prospective fournit la preuve la plus solide à ce jour du rôle bénéfique de l'éjaculation dans la prévention du cancer de la prostate".

Prévention du cancer de la prostate : Ejaculer au moins 21 fois par mois

L’étude de référence a été conduite par des chercheurs de la Boston University School of Public Health, de la Harvard TH Chan School of Public Health et de la Harvard Medical School, toutes situées aux États-Unis. Au terme de cette étude les chercheurs ont fait le constat suivant: «Ejaculer au moins 21 fois par mois réduit considérablement le risque de cancer de la prostate chez un homme».