Santé

Les yeux : conjonctivite, principal symptôme du Coronavirus (Covid-19)

La principale voie de transmission du coronavirus Sars-CoV-2, responsable de la pandémie de covid-19, est aérienne. Le coronavirus est présent dans les gouttelettes émisent lorsque le patient tousse ou éternue. Le coronavirus est également contenu dans les postillons émis lorsqu’on parle.Par ailleurs, il est avéré que le coronavirus est contenu dans les aérosols qui sont émis lorsque le patient qui présente des symptômes ou pas du Covid-19 respire ou fait du sport par exemple.A cette voie de transmission aérienne habituelle par gouttelettes ou aérosols, les scientifiques y associe une autre voie de transmission du coronavirus Sars-CoV-2. En effet, cette transmission se ferait par le biais des yeux. Le symptôme décrit est celui d’une conjonctivite.

Lavage des mains : quatre erreurs à éviter

Les médecins ont toujours mis l’accent sur le lavage des mains afin de freiner la propagation de nombreuses maladies infectieuses. Les mesures barrières, au nombre desquelles figure le lavage des mains  ont été très vite diffusée, dès l’identification du coronavirus SARS-CoV-2 responsable de la pandémie de covid-19.Ce coronavirus émergent est apparu dans la ville Chinoise de Wuhan dans la province de Hubei officiellement en fin décembre 2019. 

Protégé : Faire l’amour est bon pour la santé : Le cancer de la prostate (Code gratuit)

Il n’y a pas d’extrait, car cette publication est protégée.

Boire de l’eau pour maigrir

Dans la quête d’un régime pour maigrir, l’eau y tient une place de choix. A première vue, l’eau n’apporte rien à la personne qui désire maigrir. En réalité, ses bienfaits dépendent d’un certain nombre de paramètre.Alors comment l’eau fait-elle maigrir ? Voici quelques éléments de réponse !L’eau contient zéro calorieEvidement l'eau ne fait pas grossir puisqu'elle contient zéro calorie (0). C'est une excellente nouvelle pour les personnes qui désirent maigrir.Dans la gamme des boissons à consommer, il faut s’en tenir à l’eau et s’arrêter là. Il faut éviter les boissons gazeuses, les sodas, y compris les sodas light. Il faut surtout éviter les boissons alcoolisées, même si celles-ci contiennent une faible teneur d’alcool.Toutes les boissons à part l’eau, contiennent des substances caloriques,...

Gestion du besoin d’uriner

Le corps humain est composé de 60 % à 70 % d'eau, selon la morphologie. L’eau est indispensable au bon fonctionnement de l'ensemble de l’organisme. Elle est présente dans tous les composants de notre corps, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur des cellules.L’être humain va normalement uriner 5 à 7 fois par jour. Au-delà de 50 ans, cela peut survenir une fois par nuit. Si c’en est plus, c’est que c’est trop! Il ne faut pas hésiter à en parler à son médecin.Le cerveau et le réflexe de mictionLa plupart du temps, c’est une vessie trop sensible qui est à l’origine du phénomène de miction fréquente, et non pas une vessie trop petite comme le pense certaines personnes.En effet, la vessie envoie au cerveau un signal lui indiquant quand elle est pleine, ce qui permet au cerveau de déclencher ...

Remise en cause de l’effet bénéfique de la masturbation dans la prévention du cancer de la prostate !

Donc pratiquer la masturbation sans un minimum d’hygiène des mains, est une source hautement potentiel de contracter une d’IST. Or, les infections uro-génitales constituent des facteurs de risque importants de survenue de cancers de la prostate. Ainsi se masturber régulièrement peut en cas d’IST récurrente aboutir à long terme à la survenue de cancer de la prostate.

Fréquence de l’éjaculation : qu’en est-il de la masturbation ?

Les chercheurs ont constaté que les hommes qui éjaculaient au moins 21 fois par mois, soit par le biais de la masturbation, soit à l’occasion de rapports sexuels, réduisaient d’au moins de 33 % leur risque de développer un cancer de la prostate par rapport à ceux qui n’éjaculaient que 4 à 7 fois par mois.

Prévention du cancer de la prostate : les données sur l’éjaculation

Des chercheurs australiens du Cancer Council Victoria ont conduit une étude auprès de 2338 hommes australienne. Elle avait pour but d’examiner l'impact des rapports sexuels sur la survenue du cancer de la prostate avant l'âge de 70 ans.

La fréquence de l’éjaculation est-elle corrélée à l’âge ?

La proportion d'hommes déclarant une fréquence moyenne de 13 éjaculations ou plus par mois était de 57% entre 20 et 29 ans, mais elle est tombée à 32% entre 40 et 49 ans.

Ejaculer au moins 21 fois par mois : les résultats de l’étude sont-ils biaisés

Les chercheurs ont conclu que "cette vaste étude prospective fournit la preuve la plus solide à ce jour du rôle bénéfique de l'éjaculation dans la prévention du cancer de la prostate".

Prévention du cancer de la prostate : Ejaculer au moins 21 fois par mois

L’étude de référence a été conduite par des chercheurs de la Boston University School of Public Health, de la Harvard TH Chan School of Public Health et de la Harvard Medical School, toutes situées aux États-Unis. Au terme de cette étude les chercheurs ont fait le constat suivant: «Ejaculer au moins 21 fois par mois réduit considérablement le risque de cancer de la prostate chez un homme».

Coronavirus, facteurs de risque : l’obésité et le surpoids

La pandémie du Covid-19 due au coronavirus SARS-CoV-2 a un effet néfaste en cas de surpoids ou d’obésité. Dans certains services de réanimation, 80% des malades ayant contracté le coronavirus SARS-CoV-2 souffrent d'obésité. L’obésité et le surpoids ne sont pas l’apanage que des seuls pays nantis ! Cette affection est fréquemment retrouvée chez les Africains, en particulier chez les femmes Africaines.Clique…

  • 1
  • 2